Le Gaullisme
Nos membres écrivent
L'actualité du Gaullisme


Plus de trente-cinq ans après la mort de son fondateur, faut-il encore parler de l'actualité du gaullisme ? Doit-on vraiment, comme certains, affirmer sa modernité ? Pour dépasser cette querelle de mots, évoquons plutôt sa permanence. Non celle d'une doctrine, d'un système, et moins encore celle d'un programme, mais plutôt la permanence d'un état d'esprit, d'une volonté et d'un espoir.

Dans la typologie des droites françaises établie jadis par René Rémond, le gaullisme apparaît volontiers comme un bonapartisme, c'est-à-dire comme un moment fort de l'histoire politique où tout s'organise soudainement et de façon inattendue autour d'un homme providentiel porté par les circonstances. Aventures généralement sans lendemain, mais non sans postérité toutefois, les bonapartismes connaissent souvent le destin de leur fondateur et disparaissent avec lui.

S'agissant de l'oeuvre politique du général de Gaulle, laissons aux politologues le soin d'en disserter doctement. La vie politique et l'engagement citoyen ont d'autres exigences et d'autres priorités. Loin d'une commémoration nostalgique et finalement vaine, la conviction qui nous habite est celle de la pérennité des principes du gaullisme. C'est sur eux qu'il faut réfléchir et c'est en eux qu'il faut trouver les fondements de notre action, ce qui exige d'abord de courir le risque de les énoncer, fût-ce au prix de les reformuler.

Le premier principe qui paraît s'imposer est celui de l'intégrité de la France. Il faut peut-être, en effet, renoncer à insister sur la notion d'indépendance dans un monde où les conditions géopolitiques, si profondément différentes de celle de l'après-guerre, ne nous désignent plus du tout les mêmes enjeux. Ainsi, à l'assujettissement européen dénoncé par certains, à la mondialisation brandie par d'autres comme un épouvantail, opposons simplement le fait désormais établi de l'interdépendance des états. L'intégrité de la France, cela signifie alors un pays riche de son histoire, de ses conquêtes morales et politiques, de sa culture, fier de tout son passé, jamais oublieux de ses erreurs mais nullement paralysé par leur souvenir. Un pays déterminé à jouer parmi les autres, sans réticence ni frilosité mais sans arrogance non plus, le rôle que ses talents et son énergie lui mériteront. L'intégrité de la France ne réclame qu'une chose: que les Français croient en elle, qu'ils aient confiance dans le destin de leur nation et en leurs propres capacités. C'est donc une conversion des esprits qui s'impose, avant même toute réforme politique. Ce volontarisme ne puise-t-il pas aux sources mêmes de l'action du général de Gaulle ?

Le deuxième principe du gaullisme ainsi reformulé est sans doute la dignité de l'Etat. Car il s'agit moins aujourd'hui, on le mesure, d'affirmer la seule autorité d'un Etat jadis à reconstruire entièrement. Le gaullisme, faut-il le rappeler, ne peut être identifié à un jacobinisme sommaire. Tout comme la construction européenne, on l'oublie trop souvent, fut l'une des fulgurantes intuitions du Général, de même ce que l'on nommait alors la régionalisation fut l'un de ses derniers combats : il y a sans doute, à la la lueur d'une histoire encore récente, un autre de Gaulle à redécouvrir. Mais si l'exigence de subsidiarité se fait aujourd'hui sentir et s'imposera dans tous les ordres de la vie sociale, l'Etat, dans la perspective gaulliste, demeure une instance régulatrice, un lieu d'équité et de partage qui se doit avant tout d'être digne, ce qui veut notamment dire: modeste et irréprochable. Suffisamment modeste pour ne pas surcharger la dette de la nation et employer à bon escient les moyens de l'administration; suffisamment irréprochable pour savoir mettre un terme aux abus et ne pas craindre la transparence dans l'emploi des fonds publics. Si les Français sont appelés à consentir des efforts et même des sacrifices – et il est peu douteux qu'ils auront à le faire dans les années qui viennent – il ne pourront s'y résoudre que si l'Etat ne leur semble plus un Léviathan anonyme et déconnecté du réel. En ce sens, garantir la dignité de l'Etat, c'est aussi préserver la légitimité de la République.

Mais un troisième principe est sans doute au coeur de tous les autres, les résume et les prolonge : la justice. Pour les gaullistes « sociaux » une telle exigence va de soi, mais c'est à dessein qu'on évoque ici la justice et non pas, spécifiquement, la justice sociale. La justice est une valeur qui ne se partage pas. Elle est un principe qui régit tous les domaines de l'action publique et doit inspirer toutes les décisions politiques: quand il s'agit de rendre « la » justice, en premier lieu sans doute, mais aussi lorsqu'il est question de répartir la contribution nationale entre les citoyens, de reconnaître la nécessité d'une juste rémunération des compétences, de récompenser le travail et l'initiative sans stigmatiser une catégorie socio-économique au profit d'une autre. La justice, mot qui suggère depuis toujours l'équilibre et la stabilité, c'est aussi, à un degré éminent, garantir la pérennité du pacte social, faire respecter la loi commune, ne pas transiger sur les valeurs de la République et ne pas livrer la sphère publique d'Etat aux revendications communautaires qui n'aspirent qu'à la dissoudre. La justice, c'est encore garantir la protection sociale en exigeant de tous les mêmes efforts, et c'est assurer à chacun le droit et les moyens de vivre dans sa vie privée ses convictions et ses projets personnels en toute liberté, sans prétendre confisquer à son seul profit cette même liberté dont tous les autres doivent jouir. C'est, une fois encore, préserver la République, c'est-à-dire le bien commun.

On pourrait sans doute exprimer différemment les principes du gaullisme pour notre temps. L'essentiel est de comprendre que le gaullisme, pour tous ceux qui lui demeurent attachés, ne peut être le regret d'un certain passé, mais bien plutôt un projet à construire ici et maintenant. L'essentiel est que l'engagement gaulliste soit plus que jamais novateur et fécond face à monde nouveau.

Chacun connaît les paroles qui concluaient les Mémoires de Guerre: «Puisque tout recommence toujours, ce que j'ai fait sera, tôt ou tard, une source d'ardeurs nouvelles après que j'aurai disparu.»

Il n'appartient désormais qu'à nous de faire en sorte que ces quelques lignes ne demeurent pas lettres mortes...

Roger Dachez
 


Conseil National - Assemblée Générale

CLUB NOUVEAU SIECLE

Samedi 25 novembre 2017 à 9h30

Salon « Les Jardins de l'Isly » de la Brasserie Mollard

115, rue Saint-Lazare 75008 - Paris

Présentation et coupon-réponse ...


Fermer

Cotisation 2017

Cotiser c'est déjà participer, c'est le premier pas.

Vos cotisations permettent à votre mouvement de survivre, vos contributions intellectuelles lui permettent de vivre.

Venez aux réunions plus souvent et avec vos amis et venez enrichir le débat qui nous concerne tous: la France et sa santé démocratique.

Pour adhérer et/ou payer votre cotisation par CB (lien sécurisé), cliquez ici ...

Nous contacter

fbmeetus.jpg

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
mAPD
Recopier le code :


  Nombre de membres 186 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Vous êtes ici :   Accueil » L'actualité du Gaullisme