Le Gaullisme

Le Gaullisme aujourd'hui

Les gaullistes de gauche

La Participation

Les documents...

Les expériences...

Ils ont écrit ...

Nos membres écrivent
La presse en parle
CNS TV
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe:


 Nombre de membres 173 membres


Connectés :

  membresmralmand

Ip: 54.80.247.158

Bienvenue sur le site du Club Nouveau Siècle

Défaite nationale

 

nice.jpg

Je t'avais emmené voir le feu d'artifice,
Ce quatorze juillet, sur la plage de Nice;
C'était ton tout premier, tu n'avais que trois ans
Et tu l'as regardé avec tes yeux d'enfant.

Jusqu'au bouquet final, tu étais à la fête
Et tu ne savais plus où donner de la tête;
Après, tu as voulu boire une limonade;
Nous avons parcouru, alors, la promenade :

La foule, autour de nous, repartait enchanté
Du spectacle donné par les artificiers.
Les gens parlaient anglais, allemand, hollandais,
A peine entendait-on un homme qui criait...

"Attention au camion, poussez-vous !", hurlait-il... 
Je t'ai pris dans mes bras, petit trésor fragile,
Mais je ne savais pas où je devais courir;
Je voulais, simplement, t'empêcher de mourir.

Je fuyais, droit devant, là où, éperdument,
Tentaient de s'éloigner des centaines de gens;
Le bruit se rapprochait à plus de cent à l'heure...
Que peut une maman plongée dans la terreur ?

Son aile de ferraille a tamponné mon bras
Qui croyait te garder sain et sauf contre moi.
Tu avais disparu... avais-je été blessée ?
Cela m'était égal, juste te retrouver...

Je ne raisonnais plus, je devais m'éloigner;
Tu étais dans mes bras, je voulais te sauver.
Zigzaguant, le camion poursuivait son carnage,
Écrasant et broyant les gens sur son passage;


 
  La promenade était jonchée de corps inertes,
Des gens téléphonaient, ou lançaient des alertes,
On craignait que, partout, de nouveaux agresseurs
Continuent de répandre encore plus de malheur.

Mes larmes m'aveuglaient, je ne voyais plus rien:
Une femme, étendue, tendait vers moi ses mains.
Je me suis approchée pour lui venir en aide
Et me suis aperçue que ma jambe était raide.

J'aidais sur mon chemin, avec d'autres passants,
De l'ignoble tuerie, les rares survivants.
Puis j'ai repris ma quête à travers les blessés
Cherchant à quel endroit j'avais été heurtée.

Et, de ce point d'impact, j'ai rebroussé chemin
Puis l'ai refait sans cesse et jusqu'au lendemain,
Redoutant, chaque instant, la terrible vision
Du corps privé de vie de mon petit garçon.

Et j'ai supplié Dieu, moi qui n'y croyais pas
Je L'ai prié, renié, adoré mille fois.
Qu'importe qu'Il existe ou qu'il n'existe pas
S’il écoute quelqu'un, c'est quelqu'un comme moi

Et pas un assassin qui, invoquant sa foi,
Massacre devant lui des gens au nom d'Allah.
D'ailleurs ce salopard est mort tout près de moi
Alors que, retrouvé, mon fils dort dans mes bras.

BR et OS - 18 juillet 2016

 
Les 3 dernières nouvelles

Une communauté … aux aguets ! - Le Mirliton n° 14
 


Nous avons traversé des moments bien étrangesBernard5.jpg
Au cours des derniers mois, notre société change :

• Le mariage hétéro semblait mis à l'index ?
  Il revient à la mode en contrat unisexe !

• Vous craignez les douleurs liées à l'enfantement ?
  Quelqu'un s'en chargera pour vous prochainement !

Le pays se divise alors en deux moitiés,
Qui, dans un même élan, s'en vont manifester
Afin que les deux camps comparent leurs mesures
Venant des militants... pas de la préfecture.

Reste encore à venir la loi sur l'adoption...
Avant que la question de la procréation
Soit très bientôt posée en termes bioéthiques,
Comme si tout cela devenait mécanique.

Sans prendre position sur le fond des dossiers,
Nous aurions tant aimé être, au moins, consultés,
Car on peut être pour ou contre ces réformes,
Il est très déplaisant qu'on n'y mette les formes !

L'adoption, n'est pas le sujet qui me tracasse
Car pour un orphelin, tout vaut mieux que la DDASS
Mais l'insémination d'un utérus d'accueil
Me semble une avancée dont personne ne veuille.

Va-t-on ainsi créer une location-ventre ?
Un rapport commercial dont l'enfant est le centre ? 
Et pourquoi la morale et les institutions
Seraient ainsi changées sans poser de question ?

Peut-être que j'ai tort, que je suis un réac,
Que c'est un grand progrès qu'à coups de vers j'attaque,
Mais je veux simplement qu'un échange se fasse
Et non que soit tirée la loi à pile ou face.

Et au lieu d'opter pour le régime légal,
Pour régler les conflits d'ordre patrimonial,
Si j'en avais le droit, méfiant, je choisirais
Une communauté... mais réduite aux aguets. 

Bernard Reygrobellet

... / ... Lire la suite


A Nouveau Siècle, un souffle nouveau.


Bernard5.jpgLa pensée du Général de Gaulle n’a jamais été aussi nécessaire à nos attentes et surtout à nos besoins.

Son idée de la France, écartant toute forme de nationalisme, relevait d'un patriotisme constant, s'inscrivant dans dans une vision prophétique de l’Histoire qui prenait en compte les effets probables d’une mondialisation naissante dans laquelle une diplomatie économique et culturelle, destinée à se substituer progressivement  à la diplomatie militaire, devrait nécessairement trouver sa place.

Pour le Général, il n’existait que deux mondes rythmés par les nécessités économiques, celui des pays à la traîne et celui des pays capables de s’adapter aux circonstances, loin des réponses toutes faites des idéologies hors de propos.

Pour Charles de Gaulle, une seule vérité : celle du courage politique.

Cette forme de courage s’appuie nécessairement sur des propositions ainsi que sur la définition des moyens nécessaires à leur mise en œuvre. 

Son expression a toujours été riche et porteuse de sens.

A nous de retrouver son esprit pour définir les formes que doit prendre notre action afin de nourrir le débat d’idées dont nous avons tant besoin et de rétablir la compétitivité de notre pays.

La pensée gaulliste est une pensée de l’action qui s’est toujours inscrite en tenant compte des contraintes du jeu mondial. Du reste, ce qui caractérisait à la fois sa laïcité et son sens de l'humain, c'est que contrairement aux Ecritures qui nous apprennent que "d'abord il y avait le verbe", pour le général "d'abord il y avait l'action"

Mes chers Amis, réveillons-nous ! Et comme il l’a fait : joignons l’action au verbe.

Etre militant gaulliste, c’est agir ! 

Agir pour les Français.

C'est agir selon une certaine idée de la France.


Bernard Reygrobellet
Président du club Nouveau Siècle

... / ... Lire la suite


Une ambition sociale pour la France.


XB1.jpgLe Gaullisme a toujours eu une véritable ambition sociale pour la France. Nous n’avons pas à être caricaturés par une gauche toujours prompte à donner des leçons de morale mais si lente à se les appliquer. Social et socialisme ne riment pas ensemble.

Durant toute son histoire récente, notre famille politique, le Gaullisme, a défendu la création de la Sécurité sociale en 1945, de l’Agence nationale pour l’Emploi en 1967, du SMIC en  1970, ainsi que la mensualisation des salaires en 1977. Plus récemment, en 2009, nous sommes à l’initiative du RSA qui permet de sortir d’une logique d’assistanat à un retour durable vers l’activité.

Notre action doit reposer sur la restauration de l’ordre et de l’autorité de l’État d’une part et d’autre part la justice sociale et la solidarité pour tous nos concitoyens : A ceux qui ne peuvent pas travailler, à une femme seule qui travaille et élève ses enfants, nous ne dirons pas : « attendez qu'on ait remboursé la dette, nous nous occuperons de vous ensuite». En effet, je ne veux pas d’une droite dure avec les plus faibles.

Dans une société française fragilisée, notre devoir est donc de proposer des solutions qui ne placent pas les personnes dans des trappes à inactivité mais les aident à un retour durable vers l’activité.

Nous devons encourager l’entreprise, seule moyen durable de créer des richesses et des emplois afin de pouvoir ensuite construire un meilleur partage de la richesse, notamment en poursuivant le développement de l’intéressement et de la participation aux décisions dans les entreprises. La participation est aussi un mode innovant de gestion de l’entreprise.

Le Travail doit continuer à être revalorisé car le Travail n'est pas qu'une donnée économique mais est aussi une valeur éminemment sociale. Travailler plus et travailler mieux sont les clefs du redressement de notre pays. La valeur travail doit être une boussole pour toutes les politiques sociales du XXIe siècle.

Nos défis en matière sociale sont définis pour demain :
  • pérenniser notre modèle social en le réformant ;
  • activer toutes les politiques sociales.

Nous avons une ambition à porter sur le social, non un discours qui victimise certains Français, mais une politique qui libère et rend une dignité à laquelle chacun de nos concitoyens a droit.

Xavier Bertrand

Ancien ministre,
Député-maire de Saint-Quentin (Aisne)
Président d’honneur du club Nouveau Siècle

... / ... Lire la suite


 
Les rapports du CNS
  • Pour télécharger la contribution du Club Nouveau Siècle au projet 2012 de la majorité présidentielle, cliquez ici.
     
  • Pour télécharger le "Manifeste des gaullistes de progrès pour la politique extérieure de la France", cliquez ici.

  • Pour télécharger le rapport du groupe de travail "Participation", cliquez ici.
     
  • Pour télécharger le rapport du groupe de travail "Union pour la Méditerrannée", cliquez ici.
 
Facebook


 
 
 
Le Mirliton du CNS

Cliquez sur la flèche ...

Notre Club

Nos Délégations
15 février 2015
Comptes rendus

Conférences

Conseils Nationaux

Union pour la Méditerranée

Archives

Editos
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
+ Année 2007
Recherche



Nous contacter
Club Nouveau Siècle

58, rue Ramey - 75018 PARIS


Pour nous envoyer un email, cliquez
ici


Pour visiter notre page Facebook, cliquez sur l'icône:

facebook.png

Design Charly © 2007- Reproduction interdite